Parfums de niche, désir d’originalité ou snobisme?

PARFUMERIE DE NICHE – On entend beaucoup parler en ce moment (y compris ici) de parfumerie de niche. Mais qu’est-ce que c’est?

Photo : Musque moi
Photo : Musque moi

Je me suis rendue compte que j’ai toujours acheté mes parfums en dehors des circuits classiques, comme les grandes parfumerie. En y  réfléchissant un peu et me demandant pourquoi, j’ai eu envie de parler un peu avec vous de la parfumerie de niche. Parce que pour certains, acheter en parfumerie de niche, c’est du snobisme, alors que pour d’autres, c’est une recherche plus complexe.

Parfumerie mainstream vs parfumerie de niche

Avant d’avancer plus dans le débat, il faut déjà définir de quoi on parle. La parfumerie mainstream en gros c’est ce qu’on trouve chez Sephocibérionnaud. La parfumerie de niche, selon moi (donc ce n’est pas une définition universelle) c’est un circuit de distribution plus confidentiel, soit dans des boutiques en propre, soit des parfumeries spécialisées (comme Jovoy ou Liquides par exemple). Mais c’est souvent également une approche différente du parfum, car en niche c’est la plupart du temps la marque et/ou le parfumeur qui choisit quelle direction prendre. C’est ce qui permet de trouver en niche des notes parfois difficiles à aborder, comme les notes cuirées, qui ne sont pas vraiment dans l’air du temps en parfumerie mainstream… On peut y trouver des parfums très segmentants (= en gros on aime ou on déteste), car en niche comme le public visé est plus restreint (et souvent plus connaisseur en parfums, voire plus exigeant), la marque peut prendre le risque d’aller au bout de sa démarche créative. Mais attention, n’importe quelle marque rêve de toucher le jackpot en lançant un succès international qui perdure des années. Mais là où la parfumerie mainstream réfléchit ses parfums en fonction de ce qu’attendent les consommateurs, afin d’en vendre un maximum, la niche propose une création, et ne cherche pas à plaire au plus grand nombre. En mainstream les panels de consommateurs réalisés lors de la conception recalent malheureusement les essais des parfumeurs qui sortent de ce que la majorité aime… on se retrouve donc avec une parfumerie hyper formatée, et des parfums qui se ressemblent tous…

Donc, c’est vrai, souvent quand on achète des parfums de niche, c’est pour ne pas sentir comme tout le monde (ce qui est mon cas je le confesse). Mais c’est également tout simplement une recherche de notes et d’accord qu’on ne trouve plus en mainstream… justement parce que comme lors des panels ces notes ont été rejetées. En niche ont peut trouver des cuirs plus vrais que nature, des ouds tellement costauds qu’on a l’impression d’un cadavre de chèvre oublié dans le désert (si si, j’ai senti ça existe!), des tubéreuses hurlantes ou des encens glaçants.

Un gage de qualité?

Le problème c’est qu’à force de vouloir surfer sur ce phénomène de la parfumerie de niche, on se retrouve également avec tout et n’importe quoi. Certains pensent qu’il suffit de lister des matières aux noms exotiques, dans un flacon design et de booster les prix pour se dire parfums de niche. Soyons claires, il y a du magnifique dans la niche, comme il y a du très mauvais, comme dans la parfumerie mainstream. Les prix sont en effet souvent plus élevé en niche, avec l’argument (souvent vrai) de matières premières plus coûteuses, car naturelles. Mais attention à ne pas acheter n’importe quoi à n’importe quel prix sous prétexte que c’est de la niche… Et puis quand je vois la flambée des prix en mainstream (environ 100€ le 100ml de La Vie est Belle eau de parfum !!! A peine moins cher que
Parfum d’Empire!), la niche ne semble plus si inabordable que ça.

Le comité Joséphine

Mais comment s’y retrouver alors? C’est dans une démarche de ralliement des marques de parfums rares françaises, et afin d’aider les consommateurs à y voir plus clair qu’a été créé le Comité Joséphine :

Le Comité Joséphine (Association Loi 1901) est dédié aux maisons françaises de parfums rares.
Accompagné par une commission d’experts, il a pour objectif de fédérer, représenter, aider, défendre et promouvoir l’ensemble de ce secteur dans le but d’aider les consommateurs à mieux choisir, les marques à mieux communiquer et créer et les distributeurs et points de vente à mieux identifier les authentiques maisons de parfums rares. Les maisons répondant aux critères de la charte de qualité et d’engagement du Comité Joséphine pourront être agréées membres par le comité d’experts et bénéficier du label de qualité.
.

JourneePresseCJ_MarieHuet et FrannçoisHenin

Le Comité a été nommé ainsi en référence à Joséphine de Beauharnais, fashionista avant l’heure, mécène, passionnée de sciences et de botanique. La création du label a pour but d’être un gage de qualité pour les consommateurs et les acteurs de la filière, et de favoriser le rayonnement des maisons de parfums françaises. Les maisons de parfums souhaitant obtenir ce label devront répondre aux normes du comité concernant :

  • l’originalité des créations
  • la fabrication en France
  • le respect des normes et exigences légales
  • la qualité du réseau de distribution
  • la cohérence du concept de marque

Le Comité, présidé par Marie Huet (Directrice générale des Parfums d’Orsay), a également pour vocation de soutenir les maisons de parfums françaises dans le tumulte des réglementations européennes. La parfumerie est en effet régulièrement bousculée par les réglementations européennes, car les parfums tombent sous le coup de la réglementation des cosmétiques, assez contraignante. Il arrive donc régulièrement que certaines matières premières soient interdites, en raison de risques potentiels d’allergie par exemple (donc on flingue un parfum parce que 0.05% de la population POURRAIT être allergique, SU-PER!!). Parfois les molécules synthétiques peuvent remplacer les matières premières naturelles, parfois non… et souvent, même si la note est reconstituée avec du synthétique, on n’a plus la profondeur de la note issue d’une matière première naturelle, beaucoup plus complexe et facettée. C’est pour cela que parfois, quand vous racheter votre parfum adoré, il ne sent plus pareil… et il y a une grosse langue de bois des marques qui ne veulent pas avouer les reformulations, alors que quand on s’intéresse un peu aux parfums on sait que c’est inévitable.

Un parfum étant un équilibre délicat, je vous laisse imaginer la détresse des parfumeurs quand on leur annonce que telle ou telle matière première essentielle à leur parfum est désormais interdite… C’est aussi pour servir de voix à ces petites maisons de parfums, faire front collectivement, qu’à été créé le comité, afin de sauvegarder les particularités de la parfumerie française.

 Pour conclure, comme je le disais, il y a du bon et du moins bon partout, en mainstream comme en niche. L’essentiel, ça n’est pas si votre parfum est un parfum de créateur so hype et ultra rare ou un best-seller de parfumerie classique. L’essentiel, c’est que votre parfum vous plaise, quelle que soit son origine ;).

Et longue vie au Comité Joséphine!

Pour plus d’informations sur le Comité Joséphine, rendez-vous sur leur site et leur page Facebook.

18 thoughts on “Parfums de niche, désir d’originalité ou snobisme?

  1. super intéressant ton article, même si je fais partie des personnes qui n’achètent pas de parfum de niche (j’ai déjà essayé certains, quand j’étais plus jeune, je les trouve trop fort, mais il y en a sans doute pour tous les « goûts ») surtout que je trouve mon bonheur dans le parfum  » de masse » 🙂

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Ha mais il y a de jolies choses délicates en niche, il faudra que je t’emmène chez Jovoy une fois que tu viens 😉 du mainstream comme la Vie est Belle est beaucoup plus incommodant à mon nez que beaucoup de parfums de niche… Il y a de tout 🙂
    J’ai déjà converti Samia, tu es la prochaine lol

    [Reply]

  2. Merci pour ces renseignements.
    Je me suis toujours demandé ce qu’était la parfumerie de niche, et personne dans mon entourage avait compris.

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    La parfumerie de niche c’est la mort de la CB (pour moi en tout cas ^^)

    [Reply]

  3. Et puis il y a les parfums qui deviennent des parfums de niche… J’adore Fracas – qui fut un grand succès il y a une cinquantaine d’années – mais les parcums Piguet ne sont plus vendus qu’aux Galeries Lafayette, Fracas n’est plus vendu chez Sephora depuis au moins 2 ans…
    alors je reste avec mon cher Mitsouko, aromatique élixir et Eau du Soir en priant pour qu’on ne les reformule pas !!!
    Je trouve que le drame des grandes parfumeries c’est qu’on n’y trouve que les derniers parcums a la mode …pourtant il y a parmi les parcums des maisons les plus connus des senteurs vraiment originales : vent vert, ivoire, aimez-moi …voici je trouve des parfums qui ont de la personnalité et qui sont tres peu portés.
    Quel dommage …

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Oui beaucoup d’anciennes maisons retrouvent une seconde jeunesse en niche. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le manque navrant d’originalité des sorties actuelles, justement en raison de ces panels consommateurs, qui écrêtent tout ce qui sort un peu du cadre …
    Des parfums comme Vent vert ou même le n°5 seraient à mon avis d’énormes flops s’ils sortaient à l’heure actuelle, surtout que les marques ne laissent plus 1 à 2 ans à un parfum pour trouver son public comme avant, il faut que ça marche tout de suite.

    [Reply]

  4. Je suis une adepte du mainstream, mais j’avoue que le côté classique du parfum m’a toujours intrigué (enfin, sinon je ne lirai pas ton blog), mais j’ai bien envie de tester un parfum avec plus de caractère que ceux proposées en parfumerie, mais c’est un cheminement à prendre : j’aimerais d’abord tester des produits telles que « Un Jardin sur le Nil » d’Hermès qui sent terriblement bon pour m’orienter petit à petit vers des parfums plus « underground » 😉

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Oui tu peux commencer par Hermès, qui a un peu un pied dans chaque 😉

    [Reply]

  5. Très bon article ! J’aime bien les parfums de niche car je cherche l’originalité, mon parfum, c’est ma signature. De plus les parfums « mainstream » ne me plaisent pas. Je ne sais pas si tu penses que Dyptique est une marque de niche, en tout cas, l’Eau, que je porte, se distingue à chaque fois. Je compte profiter du pont qui vient (ahh bonheur, enfin quelques jours pour reprendre mon souffle) pour me précipiter chez Jovoy et acquérir 1899, j’en rêve (et je pense craquer pour la bougie Ambre 1er, odeur délicieuse) ! Pour reprendre aussi le post de Paddychat, il y a des parfums comme ceux d’Houbiguant, un temps vendu sur le site de Sephora, notamment Quelques fleurs, qui valent le détour. Merci pour ce beau billet. 😉

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Ha oui Dyptique c’est de la niche 🙂 arf je bosse le 10, vu que j’avais pris des jours pour me faire opérer :/

    [Reply]

  6. Tiens, je n’avais pas remarqué Carnal Flower sur la photo, voilà un parfum que j’ai essayé dans ma quête de la tubéreuse parfaite … Mais non, je préfère Fracas ( et je regrette Blonde de Versace qui fut ma première tubéreuse … Le flacon hyper baroque me plaisait beaucoup qui plus est).
    Allez, bises parfumées !

    [Reply]

  7. Va vraiment falloir que je monte à Paris ! 🙂 Tu m’as fait faire une surprenante découverte ! Je suis allée fureter sur le site de Javoy et là je vois Frapin … Et je me dis, mais c’est une maison de Cognac ça (oui j’habite à Cognac ^^)… Eh oui : c’est bien les mêmes Frapin et ils font du parfum ! J’aime autant te dire que je vais aller explorer cette piste olfactive locale !! 🙂

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Oui Frapin il ont une gamme courte mais sympa de parfums 🙂 d’ailleurs on retrouve dans plusieurs de leurs parfums une note alcool (par exemple j’ai Speakeasy qui évoque la prohibition).

    [Reply]

  8. Bonjour,

    intéressant cet article 🙂

    Je me suis longtemps intéressé aux parfums de niche mais je n’ai jamais pu en porter un seul régulièrement, j’ai même une bouteille de 50 ml de L’Eau de Diptyque mais je n’en mets que le soir et uniquement quand il fait très froid, le clou de girofle est beaucoup trop fort pour être porté autrement…

    J’ai recherché un parfum cuir, et je me suis naturellement tourné vers la niche, j’ai pu tester des choses comme Peau d’espagne et Cuir Ottoman, mais on est plus proche de la reproduction fidèle de scène odorante que de parfum portable au quotidien et c’est un peu ce que je repproche en général à la niche.

    Je ne souhaite pas non plus la même chose que tout le monde et Bleu, 1 million ou les colognes sport ne m’intéressent pas tellement, d’où ma recherche de cuir pour quelque chose de plus personnel qui me correspond plus.

    Du coup, il existe une troisième voie, un peu entre les deux, car de marque mainstream et vendus chez nociphorionnaud mais pratiquement plus portés : les classiques de la grande parfumerie. L’exemple de l’article est très bien trouvé : chanel n°5, mais également shalimar, habit rouge, et tous ces grands classiques connotés vieillots.

    Je me suis donc trouvé mon cuir chez Hermès (bel ami), et on reste loin des productions actuelles pour homme formatées océan fougère propre, tout en trouvant sa bouteille de 100 ml à moins de 100 € chez Nociphorionnaud.

    Mais je me dirigerai peut-être vers la niche s’il venait à s’arrêter car un jour, il n’y aura peut-être plus que là que je trouverai ce que je cherche précisément…

    J’ai testé des Jovoys, des micallef, de l’artisan parfumeurs, du rancé, du lutens et du malle, mais décidément, j’en reste à la parfumerie classique pour le moment 😉

    [Reply]

  9. Bonjour,

    Je suis étudiante en master communication spécialisé marketing du luxe et j’effectue un mémoire sur la problématique de la parfumerie de niche.
    Pour valoriser mon mémoire j’aimerais pouvoir obtenir une interview de vous, qui êtes passionné et connaisseur de ces parfums de créateurs.
    Si vous acceptez de m’accorder 5 petites minutes, pourriez-vous me donner votre opinion sur les points suivants :
    1) Pour quelles raisons avez-vous décidé de partager votre amour pour ces parfums au travers d’un blog ?
    2) Pourquoi un parfum de niche et pas un parfum de grande distribution ?
    3) Comment avez-vous découvert ces parfums qui se démarquent tant des autres ?
    4) Quelle(s) boutique(s) me recommanderiez-vous pour effectuer mon premier achat ?
    5) Quelle est selon vous LA meilleure boutique multimarques de parfums de niche ?
    6) A votre avis, par quels moyens ces boutiques doivent-elles se démarquer de la grande distribution ?

    Merci infiniment pour votre attention et si vous souhaitez apporter un complément à ces réponses et me faire voyager à travers votre passion, j’en serais très ravie.
    Bonne continuation.

    Alicia Smadja

    [Reply]

  10. Bonsoir,
    Merci pour ton article:-)
    Mes deux parfum préféré ( So Pretty de Cartier et Fleur de Weil ) ne sont plus sur le marché depuis un bail et je ne supporte aucun des parfum de parfumerie.
    Pense tu qu’en donnant les notes de l’un d’eux on pourrai m’en faire un ressemblant?

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.