Le lait d’ânesse pour une peau de princesse

Il y a déjà quelques temps, on m’a proposé de tester des produits au lait d’ânesse, de la marque « La zâne attitude » et j’ai accepté car je ne connaissais pas. Des ânes j’en ai soignés (et sauvés ^^), mais je ne m’étais jamais intéressée aux bénéfices de leur lait. Pourtant, je me suis rendue compte en arpentant le salon de l’agriculture cette année que les soins au lait d’ânesse n’étaient pas si rares que ça!

Je me suis donc penchée sur la façon d’obtenir le lait chez l’ânesse, puisque la production laitière de la vache, je gère, celle de la jument aussi (j’ai déjà trait une jument, c’est pas facile!), mais l’ânesse… je pensais que le pis était semblable à celui de la jument, mais non. Ok, un petit rappel d’anatomie de la mamelle semble nécessaire. Chez la vache, la jument et l’ânesse, on parle de pis pour évoquer l’ensemble des mamelles, qui sont situées en région inguinale (entre les membres postérieurs). La vache possède 2 paires de mamelles (donc 4, on appelle chaque mamelle un quartier), la jument et l’ânesse une paire chacune.

Chez la vache, chaque quartier se termine par un trayon (= téton chez nous) assez facile à voir ( = les 4 tétines sur le pis) et volumineux. La conformation du pis, et la capacité de production et de stockage de la mamelle ont rendu possible la traite avec une machine (2 fois par jour). Une vache laitière sélectionnée peut produire entre 30 et 40 litres de lait par jour. La jument et l’ânesse ont un pis plus petit, et chez la jument le trayon est très peu prononcé. Il est plus développée chez l’ânesse (assez proche de celui de la vache au final). Mais la capacité de production et de stockage de l’ânesse oblige à la traire toutes les 2 à 3 heures dans la journée (la nuit le pis est laissé en open bar à l’ânon). De plus, cette traite doit se faire à la main, et l’ânesse doit avoir confiance en la personne qui la trait. Une ânesse peut produire entre 1 et 1.5 litre par jour, et ce pendant 6 à 8 mois (jusqu’au sevrage de l’ânon).

Autre différence entre la vache et l’ânesse : chez la vache la présence du veau n’est pas nécessaire pour entretenir la lactation (dans la filière laitière on enlève le veau à la mère quelques jours après la naissance), c’est la traite qui le fait. Chez l’ânesse, la traite ne commence qu’au 2 mois passés de l’ânon, et l’ânon doit être à côté de sa mère pour qu’elle continue à produire du lait, sinon elle se tarit. Vous comprenez bien que la production de lait d’ânesse à des fins commerciales n’est pas du tout comparable à celle-ci chez la vache, et que sans un minimum de respect des animaux, la source risque de se tarir!

Bref, après cet intermède mammaire, passons aux produits! J’ai reçu à tester un lait et un savon (avoine-muguet). Les savons sont à base d’huiles végétales (chanvre, olive) et de lait d’ânesse (oui sinon y a un problème quand même), et le lait corporel, hydratant et adoucissant, contient 30% de lait.

Le lait d’ânesse est reconnu pour ses propriétés apaisantes et adoucissantes (il est donc un allié des peaux sensibles ou irritées). Il aide à régénérer la peau,  a un effet tenseur, et c’est un actif anti-âge connu, en raison des minéraux, vitamines, et acides gras qu’il contient.

J’aime beaucoup le savon, même si le muguet n’est pas mon odeur favorite. Je l’utilise sur le corps et pour les mains, il nettoie bien sans assécher. L’avoine est également connue pour ses vertus adoucissantes et apaisantes. C’est donc un savon idéal pour les peaux sensibles, à condition de ne pas utiliser le pain directement sur la peau, en raison des grains d’avoine inclus. Il existe sur le site 35 savons différents, de quoi trouver le savon adapté à votre peau ou ses problématiques, et à l’odeur qui vous plaît! J’essayerai bien la cannelle (pour l’odeur!), la framboise, le miel, la noisette, et l’argile-mangue.

Le lait c’est mon gros coup de coeur. La texture est très fluide et vite absorbée, et le parfum très léger.

Sa richesse en vitamines (A, B, C, D, E), oligo-éléments, phospholipides, acides gras essentiels et céramide lui confère des propriétés uniques pour la peau des enfants et des adultes.

 Il nourrit les peaux sèches et apaisent les irritations. il convient également aux peaux réactives, atopiques, sujettes aux rougeurs et aux démangeaisons.

On l’utilise aussi pour combattre eczéma, psoriasis, acné et allergies.

En fait je l’ai utilisé toute l’hiver, surtout aux périodes les plus froides, mais pas pour le corps, en soin de jour. Avec juste le Barrier repair Dermalogica par dessus sur les joues, ça a suffit pour nourrir et protéger ma peau, j’ai vraiment été surprise! Je ne pensais pas qu’une texture si légère pouvait suffire! Et ça sans graisser ma peau, bien au contraire, pendant toute l’utilisation, je n’ai eu presque aucun bouton, alors que je ne pouvais pas exfolier en raison du froid. Je l’ai aussi appliqué sur mes plaques sèches qui me démangent en hiver, et ça apaise vraiment bien.

Sans crier au remède miracle, car tout dépend de facteurs individuels, si vous avez des soucis de peau (peau réactive, sensible, imperfections, eczéma, etc.), je pense que ça vaut le coup d’essayer ce genre de produits, ça n’est pas plus cher qu’en parapharmacie, et la composition me semble très clean.

Est-ce que certaines d’entre vous ont déjà essayé des produits au lait d’ânesse? Avec quels résultats? Ca vous tente?

                                                                              www.lesproduitsaulaitdanesse.com
                                                                                            Produits reçus pour review

 

9 thoughts on “Le lait d’ânesse pour une peau de princesse

  1. Très interessant ça, ça me redonne envie de tester !
    J’avais testé des produits au lait d’anesse d’une autre marque, et ça m’avait laissé un mauvais souvenir, savons qui sentent horriblement mauvais et irritent la peau, lait corporel qui pue et déphase…mais c’était il y a au moins 5 ou 6 ans, il doit maintenant y avoir des formules plus abouties et des produits plus agréable.
    J’ai trouvé très sympa ton récapitulatif technique de traite !

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    merci 🙂 ça m’avait frappé la différence entre la vache et l’ânesse!

    [Reply]

  2. j’ai acheté longtemps un savon au lait d’ânesse. C’était au printemps hausmann mais je ne le trouve plus. je trouvais ce savon extrêmement doux.
    Je confirme ton désamour pour le muguet compte tenu de la moue que tu as fait quand je me suis achetée toute la gamme au muguet chez marx et spencer. bon bref, article très intéressant je suis désormais incollable sur les pis d’ânesse. je n’ai plus qu’à m’inscrire à questions por un champion
    biziou

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Poupoune, docteur ès tétine ^^

    [Reply]

  3. Lol merci pour cette leçon sur la traite des ânesses! en tout cas ça fait un trèèèèèèèssss long moment que je voudrais essayer le lait d’ânesse! il va falloir que je me lance un jour! ^^

    [Reply]

  4. merci pour cet article très instructif. J’étais assez septique sur les propriétés du lait d’anesse, mais j’avoue, maintenant j’ai envie de tester en savon

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    D’après ce que les nanas m’ont dit les savons sont vraiment bien, il faut juste veiller à choisir un savon avec un taux important de lait 🙂

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.