Et la diversité, bordel ?!

DIVERSITÉ COULEUR DE PEAU TYPE DE CHEVEUX – Le lancement du kit MyseKit basé sur la beauté de la diversité et le Beauty Lab L’Oréal dédié à la géocosmétique africaine sont l’occasion d’aborder la problématique des peaux noires et foncées, et des cheveux crépus, qui sont sous représentés en cosmétique, niant ainsi une frange importante des consommatrices.

beauty-comes-in-all-shapesDans notre société actuelle, ce n’est pas une grande révélation, mieux vaut être blanc, mince et riche pour être considéré par les marques (et considéré tout court d’ailleurs… bref). Ce positionnement qui exclu d’emblée certaines consommateurs m’a toujours semblé à côté de la plaque, car c’est tourner le dos à une partie des consommateurs justement. Comme certains magasins de fringues, dont l’enseigne fait des grandes tailles, mais qui ne veulent pas les vendre car ça ne colle pas avec la clientèle (New Look du forum des Halles à Paris pour ne pas les citer. Si vous en vendiez vous auriez la clientèle qui va avec bande de clowns). On retrouve cette problématique avec les cosmétiques et soins cheveux pour les peaux noires et foncées, et les cheveux crépus. Pourtant il suffit de marcher dans la rue pour voir que ces femmes sont là, et qu’elles aussi veulent des cosmétiques adaptées. Mais la pauvreté des rayons est affligeantes. Elles doivent donc soit se tourner vers l’étranger (les Etats-Unis en particulier) avec le coût que cela implique, soit vers des produits d’origine et de qualité parfois douteux.

Mais les choses bougent, et j’aime aussi les blogs pour cela, car c’est madame tout le monde qui parle et s’expose, et nous lectrices voyons que oui la beauté est diverse. Je me place plutôt du côté de la diversité de morphologie, vu que je suis une grosse dans un monde qui n’aime que les minces, voire les maigres (je parle de l’image que les médias renvoient, pas des vrais gens hein 😉 ). Mais la problématique de la diversité des couleurs de peau j’avoue m’était un peu étrangère (à part quand je râle de ne pas trouver un fond de teint assez clair pour mon teint de navet, mais passons), tout comme celle des différents types de cheveux. Et je me suis rendue compte récemment que je ne voyais que par le petit bout de la lorgnette. Alors venez que je vous parle de deux initiatives qui participent à prendre en compte toutes les femmes, quelle que soit leur couleur de peau.

Le kit « la diversité est source de beauté » de MyseKit

MyseKit est une boîte beauté (oui encore une, mais sans abonnement celle-ci, donc on ne l’achète que si le thème nous plaît) qui propose tous les mois un thème différent, avec jusqu’à 5 produits full size, en édition limitée. En s’inscrivant on remplit un profil beauté, ce qui permet de recevoir des produits adaptés, même si le contenu de chaque thème est une surprise.

Mais ce mois-ci pas de surprise, mais le choix parmi 3 kits composés chacun par une blogueuse/youtubeuse : Vivi la chipie, Sananas2016 et ArtVintageGallery. Les trois filles ayant chacune une carnation et un type de cheveux différents, cela nous donne donc un kit pour peaux claires, un kit pour peaux mates et un kit pour peaux foncées.

Mysekit diversitéChacune a choisi des produits qu’elle aime et qui lui conviennent. Chaque kit contient donc 6 produits (cosmétiques ou accessoire) dans une boîte collector à l’effigie de son égérie. Je vous laisse aller découvrir le contenu des kits sur le site MyseKit. Bien entendu, si vous préférez une autre boîte que celle qui vous serait intuitivement conseillée, vous pouvez la commander!

C’est une belle initiative de MyseKit, car si chaque mois le kit est adapté à votre profil beauté, là il y a une vraie mise en avant de la diversité des profils. Et donc une potentielle identification des clientes encore plus poussée (dire que des grandes marques ne semblent pas encore vouloir l’intégrer, c’est navrant). Pour ma part je suis repartie de la pyjama-party de lancement avec le kit d’ArtVintageGallery, qui est celui pour peaux claires, mais ce n’est pas forcément l’adéquation avec ma carnation qui m’a décidé, mais la présence d’un headband Nymphe’s factory dedans :p.

MyseKit ArtVintageGallery Nymphea's factoryMyseKit, 29€ le kit

Le Beauty Lab L’Oréal, à la découverte de la géocosmétique

Au début du mois de mars, j’ai été invitée au premier Beauty Lab L’Oréal, dédié à la géocosmétique. Le thème de ce premier opus était l’Afrique. Bon j’avoue à la réception de l’invitation, je me suis dit que oui c’était sympa mais mon teint de navet et moi on se sentait pas pas super concernés. Mais comme je suis toujours curieuse de découvrir de nouvelles problématiques, et que les précédents events L’Oréal organisés par Claire et Clélia auxquels j’avais pu assister ont toujours été très enrichissants, je me suis empressée d’accepter.

Beauty Lab L'Oréal Afrique

Le lieu était particulièrement bien choisi (Châteauform’City, jardins de Saint Dominique à Paris, ils ont des bougies Cire Trudon dans les toilettes quand même…), et j’ai eu la joie de retrouver plusieurs copines, mais aussi des nanas que je croise régulièrement aux events Nuhanciam (une autre marque que j’adore, initialement destinée aux peaux mates et foncées, mais qui fait des miracles aussi sur les teints clairs. C’est de la « diversité inversée » lol). Et j’ai pu rencontrer Vanoue, blogueuse plus size et initiatrice du challenge French Curves.

Après un tour de table pour se présenter, divers intervenants ont animé la soirée :

  • Leslie Carombo, cosmétologue et journaliste
  • Virginie Rouchier, experte en études conso chez L’Oréal
  • Michèle Vershoore, directeur médical chez L’Oréal
  • Alexia Scherier, directeur de la connaissance conso chez SoftSheen Carson
  • Mark Davis, directeur du développement du commerce équitable chez Bodyshop

C’était un débat passionnant, dans lequel je suis restée assez passive mais j’ai beaucoup appris sur les problématiques des peaux noires et foncées et des cheveux crépus. C’est quand les nanas vous disent qu’elles doivent se fournir aux Etats-Unis, qu’on fourre toutes les peaux noires/foncées dans le même sac (les traditions cosmétiques ne sont pas les mêmes en Afrique ou aux Antilles, etc.), qu’il n’y a pas qu’un seul type de cheveux « ethnique », etc. qu’on se rend de la violence du traitement fait à ces femmes, assez proche de la généralisation bête et méchante, voire de la négation. Pendant longtemps les seules égéries cosmétiques étaient blanches (identification = zéro, et Beyoncé éclaircie par Photoshop c’est de la triche hein), il n’y avait pas de conseillères formées aux quelques produits disponibles, etc.Ce qui est d’autant plus idiot que ces femme sont de grandes consommatrices de cosmétiques.

Ca bouge mais pas suffisamment, et cela reste encore confidentiel. L’Oréal a depuis des années lancé des études conso sur ces pistes, étudiant les divers types de cheveux pour mieux adapter les soins à proposer, les habitudes de consommation en Afrique, les traditions cosmétiques, etc. Mais ce qui m’a marqué c’est qu’aucune des nanas présentes, pourtant concernées et très pro-actives sur ce sujet, n’était au courant! Donc il va falloir booster la communication! Mais si le géant L’Oréal ouvre la voie, on ne peut qu’espérer que d’autres marques ouvriront enfin leur recherche à la diversité.

La géocosmétique c’est donc prendre en compte la diversité de ses consommatrices, et adapter son offre en l’enrichissant des savoirs, traditions et matières premières de leurs pays d’origine. Nous avons pu discuter en toute franchise avec Mark Davis, directeur du développement du commerce équitable chez Bodyshop, qui nous a montré l’exemple de la filière du beurre de karité, le partenariat exclusif avec un village africain (mais là de suite je ne sais plus où sorry, j’ai toujours été une nouille en géo…), gagnant-gagnant : plus d’autonomie et d’éducation pour les membres du village, des produits de qualité pour the Bodyshop. Un vrai investissement durable, qui montre que the Bodyshop, loin d’avoir été englouti par le géant L’Oréal, a su au contraire montrer le chemin à son grand frère.

J’ai cru comprendre que le prochain opus du Beauty Lab portera sur l’Asie et l’Inde, ça promet aussi d’être passionnant!

 

One thought on “Et la diversité, bordel ?!

  1. Merci pour cet article Poupoune.
    J’aimerais que les choses changent un peu plus vite et que le ELLE français s’inspirent davantage du ELLE canadien ou américain pour ne citer qu’un magazine…

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.