Des cosmétiques sans gluten : un coup marketing?

En pleine vogue du régime sans gluten, on voit fleurir sur les packagings cosmétiques « sans gluten ». Marketing, effet de mode  ou réelle utilité?

Myrabella-Champ_de_blé_Seine-et-Marne

Personne n’y échappe, le gluten est l’ennemi désigné du moment. Nouveau régime miracle pour certains, l’éviction du gluten atteint même aujourd’hui nos pots de crème et nos fards à paupières. Mais est-ce bien utile?

Le gluten c’est quoi?

Mais avant de continuer, définissons déjà ce qu’est le gluten (pour ceux qui vivent dans une grotte depuis 5 ans). Le gluten c’est un ensemble de protéines associé à de l’amidon (le sucre de stockage des plantes) qu’on trouve dans certaines céréales : seigle, avoine, blé, orge, kamut, épeautre. C’est lui qui donne son moelleux au pain par exemple. On le retrouve donc dans les produits dérivés de ces céréales : pain, pâtes, gâteaux, etc. En fait, on en retrouve quasi partout dans notre alimentation transformée car il sert à donner du liant et du volume (ça gonfle l’aliment artificiellement). Ce qui complique donc la tâche pour les malades atteints de maladie cœliaque, ou intolérance au gluten. Chez ces malades le gluten ingéré provoque une réaction immunitaire au niveau digestif, avec des symptômes allant de diarrhées ou ballonnements à des troubles neurologiques.

Mais récemment le régime sans gluten est devenue à la mode (comme beaucoup d’autres régimes avant lui…) et c’est le nouveau truc pour perdre du poids. Sauf que non… si vous n’avez pas d’intolérance et de sensibilité au gluten ça ne changera rien. Beaucoup de marques ont donc lancé des gammes sans gluten. Et depuis voila que cela atteint aussi les cosmétiques! Mais, sauf trouble psychologique, on ne mange pas son pot de crème de jour non?

Gluten et cosmétiques

Pour tout dire, cette mode du « sans gluten » me hérisse le poil, car je suis du même avis que So (comme souvent faut le dire :p) quand elle parle de « gluten-washing » (et avec Vesper aussi), ou le fait de surfer sur une mode (ici alimentaire) en clamant l’absence d’un composant soit disant (ou pas, des fois c’est bien hein) délétère. Voir la vague des « sans parabènes » qui déferlé, ou autres, parfois même dans des produits qui naturellement ne contiennent pas le composant dont on clame l’absence. C’est comme si je lançais une crème visage avec dessus « sans acide sulfurique » voyez? Du coup quand j’ai été invitée à un event pour découvrir la marque italienne Bionike, qui se réclame « sans gluten », je me gaussais un peu avec moi même style :

minion-rire(oui parfois on est plusieurs dans ma tête)

J’ai donc engagé la discussion sur ce sujet avec la madame qui représente la marque en France avec un air un peu dubitatif/goguenard/narquois genre :

Loki-sourcil
C’est cela oui…

Et cette dame m’a expliqué que la littérature scientifique avait mis en évidence le caractère allergisant et irritant cutané du gluten appliqué sur la peau chez certaines personnes. Que non ça ne concernait pas tout le monde, mais qu’en plus des personnes présentant une intolérance au gluten, les peaux sensibles, réactives ou atopiques avaient tout bénéfice à utiliser des cosmétiques sans gluten. Et donc que pour proposer des cosmétiques haute tolérance pour le maximum de public, ils avaient fait le choix du sans gluten. Et que dans le dossier de presse il y avait une liste d’études et de publication si ça m’intéressait. Me proposer des publications est assez efficace pour me couper la chique …

Du coup un petit peu déstabilisée dans mes convictions par tout ça, je me suis fendue de quelques recherches sur la problématique du gluten dans les cosmétiques. Il s’avère que loin d’être idiot, le fait de proposer des cosmétiques sans gluten peut bénéficier à une partie de la population.

Dans plusieurs pays, mais plus particulièrement au Japon, de nombreuses personnes ont développé ce qu’on appelle une allergie au blé induite par l’exercice, c’est-à-dire la survenue d’une réaction allergique (allant d’un petit œdème des paupières a-à un choc anaphylactique) en faisant du sport après avoir consommé de la nourriture contenant du blé. Il semble que la survenue de cette allergie ai été permise par la sensibilisation de l’organisme à un allergène présent dans le blé (donc le gluten) par l’utilisation d’un savon aux protéines de blé. Des cas d’urticaires de contact liés à l’utilisation de cosmétiques contenant du gluten ont également été publiés.

Les personnes atteintes de maladie cœliaque (donc les vrais intolérants au gluten) sont également prédisposés à développer des réactions cutanées lors d’application de produits cosmétiques contenant du gluten. Donc je trouve que ne serait-ce que pour eux, qui bénéficient déjà de cette mode du sans gluten en alimentation (dans un pays où, dès que tu as une intolérance alimentaire ou un régime particulier, c’est une galère sans nom pour trouver des produits abordables), c’est bien que des marques de cosmétiques communiquent sur l’absence de gluten. Mais ce ne sont pas les seuls à qui cette effet de mode cosmétique peut bénéficier, car il existe une forme d’intolérance au gluten non cœliaque (ou sensibilité au gluten), et ces personnes, même si elle peuvent consommer du gluten (elles ont du mal à le digérer mais sans les troubles associés à la maladie cœliaque), ont tout intérêt à utiliser aussi des cosmétiques sans gluten (puisque le risque de réaction cutanée existe également).

Même sans intolérance ou sensibilité au gluten, les peaux les plus sensibles (réactives, atopiques, ou atteintes d’eczéma ou autres troubles dermatologiques fragilisant la peau) sont à mon avis également une très bonne indication pour essayer des cosmétiques sans gluten. Si votre peau est hyperréactive et que vous avez du mal à la gérer, c’est sans doute une piste intéressante à creuser (et comme les marques surfent sur la vague et le clament haut et fort si elles le font, ça vous facilite la tâche pour les identifier 😉 ).

10 thoughts on “Des cosmétiques sans gluten : un coup marketing?

  1. Je ne savais pas du tout qu’il y avait un fondement scientifique derrière tout ça, et que le gluten pouvait aussi générer des allergies cutanées… Pour moi le sans gluten dans les cosmétiques, ce n’était QUE du marketing. Tu m’as appris quelque chose 🙂

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Alors tant mieux c’est que l’article a atteint son but 😉
    disons que si pour certaines marques c’est effectivement une démarche marketing qui s’ajoute à la longue liste des « sans » (sans parabènes, sans bidule, sans machin), pour d’autres comme Bionike ça va dans le sens de proposer des produits avec le maximum de tolérance cutanée. Et puis, comme pour les produits alimentaires sans gluten, si cet effet marketing peut faciliter la vie des gens qui en souffrent vraiment, c’est pas si mal non? ^^

    [Reply]

  2. Ca m’en bouche un coin pour le coup, je pensais aussi que c’était un effet de mode… Très intéressant et enrichissant, cet article, merci !

    [Reply]

  3. Effectivement, je ne pensais pas que ce concept « sans gluten » était aussi étayé scientifiquement. C’est une excellente initiative que ces cosmétiques « sans gluten ». Il ne faudrait pas que, à l’instar des « sans, sans, sans » et des labels bio, cela se banalise et finisse par devenir du n’importe quoi.

    En tout cas, merci pour cette info !

    [Reply]

  4. Pour une fois, je ne partage pas ton point de vue :).

    Il existe peut-être quelques cas d’allergies topiques au gluten et c’est bien que tu aies pris le temps de te pencher là-dessus, mais à quelle échelle ? Qu’est-ce que ça représente par rapport à une allergie aux fruits à coque (huile d’amande douce par ex) ou au citronellol ou au linalol que l’on retrouve dans beaucoup d’extraits végétaux notamment les parfums, eaux florales et huiles essentielles ? Et est-ce que les marques précisent « sans huile d’amande douce » ?

    Quand on est allergique à une substance, ce n’est pas compliqué, on regarde dans la compo si elle est présente. Pour le gluten, on regardera s’il y a un extrait de blé, d’épeautre….

    Par ailleurs, tu sais que je connais bien les matières premières cosmétiques proposées sur le marché et il y en a très peu issues du blé ou autre céréale susceptible de contenir du gluten. A mon avis dans moins de 1% des produits cosmétiques du marché, et encore, je suis généreuse sur l’évaluation. Et ces matières premières issues du blé contiennent-elles vraiment du gluten ou est-il éliminé lors de l’extraction et la purification de la matière ? Et si elles en contiennent, existe-il à l’état suffisamment « traçable » pour qu’il ait un potentiel allergisant ? Pour info, pour les 17 allergènes listés dans le réglementent cosmétique, il y a des doses en-dessous desquelles on ne les affiche pas dans la liste INCI car le risque d’allergie est nul.

    Dernière chose : les marques dermatos qui formulent vraiment pour les peaux sensibles / irritées / allergiques (…) pensent bien évidemment à ne pas mettre d’allergènes. Elles ne vont pas mettre de lanoline, par ex. Et elles ne revendiquent pas « sans lanoline ». C’est un pré-requis qu’elles ne mettent pas d’allergènes, ça coule de source. Si elles estiment que le gluten est potentiellement allergisant par voie topique, elle n’en mettront plus.

    Donc je persiste dans mon analyse (et c’est flagrant quand on est aux Etats-Unis et qu’on voit cette déferlante « sans gluten ») : CETTE ALLÉGATION N’EST QUE DU MARKETING !!! On affiche « sans gluten » pour vendre, pas pour informer.

    Après,chacun se fera son avis…

    (sus à l’anxiogénisme ambiant)
    (maintenant j’attends les cosmétique au chou kale… ^^)

    [Reply]

  5. D’après les recherches que tu as faites, la présence de gluten dans des soins peut-elle être responsable de boutons ?
    Je fais partie de ces gens qui, sans être malade coeliaque, souffrent d’une intolérance modérée au gluten. Je l’ai découvert il y a déjà… 5 ans environ. J’ai déjà très largement diminué (parce qu’une allergologue m’a déconseillé l’éviction totale et que parfois un morceau de « vrai » pain ça fait plaisir) ma consommation de gluten alimentaire. Pour la perte de poids c’est des conneries (pour les gens chez qui ça a eu cet effet je pense que c’est plutôt lié à l’arrêt de malbouffe type plats industriels ou gâteaux/biscuits etc. à foison), par contre je me suis toujours demandé si la diminution de mes boutons était lié à ce régime ou au fait que j’ai supprimé les soins avec silicones.
    Du coup je me demande si je devrais me pencher sur les soins sans gluten (même si je sens d’ici que ça doit également couté un bras, comme la bouffe estampillée sans gluten…).

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Je n’ai rien trouvé sur les boutons, mais à mon avis c’est assez multi-factoriel. Donc à essayer (Bionike par exemple n’est pas si cher) mais je connais pas mal de nanas qui font des boutons aux silicones (et ça y en a chez Bionike…).

    [Reply]

  6. (Je ne comprendrais jamais pourquoi quand je clique sur « Reply » à un de tes commentaires, j’ai un message d’erreur… Bref.)
    Merci pour ta réponse. 🙂 En effet ça va être difficile de savoir si mes boutons viennent des silicones ou du gluten si les marques sans gluten contiennent des silicones… C’est à s’arracher les cheveux !
    Mais bon, c’est quand même une piste à explorer et pourquoi pas à tester à l’occasion, surtout si ce n’est pas si cher que ça. je vais aller voir ça de ce pas.

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    non mais le reply marche pas, et même avec l’habillage d’avant ça marchait pas c’est pas toi ^^

    [Reply]

  7. En fait, les cas dans lesquels ces produits sont utiles sont très peu nombreux quoi qu’en dise la nana.
    Par contre je suis pas d’accord avec le fait que « on va pas écrire sans amande douce ». C’est bien plus compliqué pour le glu.
    Déjà, les produits dérivés de céréales à gluten sont bien plus nombreux que juste des trucs avec écrit « wheat » dessus. Certains ingrédients peuvent être dérivés de céréales à gluten, mais ne pas en contenir. Comment savoir?
    C’est un casse tête pas possible pour des malades qui s’évertuent déjà à connaître par coeur les listes des ingrédients interdits pour la bouffe. Donc écrire sans gluten pour nous : c’est top ça nous simplifie énormément la vie. C’est pas comme écrire « sans crin de poney ».
    Deuxième point : dans le cas du gluten, on ne peut pas s’arrêter à simplement la liste d’ingrédients. Simplement parce que énormément de contaminations ont lieu en amont (si sur une même chaîne on mélange un produit avec gluten et un produit sans : pour nous c’est le début de la fin. Pareil dans nos propres cuisines). Donc « sans gluten » ça garantit aussi que le produit final est sans traces, ce que garantit pas le long déchiffrage des étiquettes.
    Après très peu de gens sont concernés par ça, je reste sur mon point de vue. J’ai du mal à penser que le gluten par la peau ça peut être irritant pour des gens qui ont pas de mal à l’ingestion. D’autre part beaucoup de coeliaques n’ont pas besoin de trier et utilisent des produits « normaux » sans soucis (sans soucis apparents en tous cas). Personnellement, je prends pas le risque d’utiliser du rouge à lèvres avec gluten ou même sans gluten mais contaminé à la création. Pareil pour le fond de teint : se gratter le visage puis se ronger les ongles après, ça peut suffire à être ingéré. Pareil pour du leave in sur les cheveux, on se tortille les cheveux, on les roule et on les enroule entre nos doigts avant de se les foutre dans la bouche : ça PEUT être suffisant. Un coeliaque peut ne pas ressentir que son corps réagit (certains peuvent même tricher sur le régime), d’autres vont le ressentir très vite. Mais la réaction ne se fait qu’à l’ingestion, pas au contact. Une (très) petite partie des coeliaques vont avoir une réaction de contact avec le gluten… c’est même pas reconnu médicalement.
    Bref, ces produits ça reste très marketing quoi qu’on en dise. Mais pour certains ça facilite énormément la vie et faut pas cracher dessus en disant « oui c’est comme si on écrivait sans radiations! »… Au final combien de gels douche surfent sur le « pH neutre », alors que c’est quelque chose de légalement totalement normal pour ce genre de produit? Pourquoi pas sans gluten pour simplifier la vie les malades qui font le choix d’éviter toute chance pour leur maladie de se manifester…?
    Le seul truc qui dérange, c’est que ça soit fait dans une perspective marketing et pas vraiment pour les malades (c’est pas des bons samaritains non plus), mais bon, on en profite bien au final :).

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.