Sous le soleil exactement

Les produits solaires et les précautions à prendre pour s’exposer vous les connaissez par cœur. Vraiment? Vraiment vraiment sûrs? Moui, disons qu’un rappel ne fera pas de mal !

minions à la plage

Une étude récemment publiée par les Laboratoires de Biarritz (qui commercialisent des produits solairs, entre autres) m’a interpelée. On y découvre en gros que les français sont assez au courant des mesures de précautions à prendre avec le soleil… mais les apliquent peu! C’est pour cela que j’ai voulu lancer cette petite série de billets sur le soleil et les produits solaires, composée des billets suivants (je mettrais les liens au fur et à mesure) :

  • Du bon usage des solaires
  • Les solaires Laboratoires Filorga
  • les solaires Laboratoires SVR
  • Dans le rétro : mes solaires 2016
  • Le soleil, et après?

Profitons en également pour faire le point sur les différents type de filtres UV utilisés dans les produits solaires. Mais d’abord un petit rappel sur les rayonnements solaires :

  • les UV (ultra violets) B : les plus connus, ce sont eux qui donnent les coups de soleil. Quand on a un SPF (sun protection factor) indiqué sur un solaire, c’est par rapport aux UV B;
  • les UV A : ils sont responsables des lésions au niveau des cellules et des cancers de la peau (car ils endommagent l’ADN de nos cellules cutanées);
  • les infra-rouges : ce sont eux qui donnent l’effet de chaleur du rayonnement solaire. Ils semblent avoir à haute dose (= forte exposition au soleil) un effet oxydant et génèrent des radicaux libres;
  • la lumière visible : ce sont les rayonnements que nous voyons. Des études semblent également montrer un effet néfaste pour la peau à haute dose.

Pour empêcher les rayonnement UV (car pour le moment les produits solaires protègent principalement contre les UV B et les UV A) d’atteindre la peau il existe 2 stratégies :

  • former un bouclier sur la peau qui réfléchit le rayonnement : c’est le cas avec les filtres minéraux (dioxyde de titane, oxyde de zinc);
  • absorber l’énergie du rayonnement (un rayonnement étant en fait une onde d’énergie) par des molécules qui se dégradent ce faisant : c’est le cas des filtres chimiques.

J’ai également vu passer des débuts de polémiques sur l’utilisation des filtres solaires, qui sont accusé de favoriser des cancers en empéchant la synthèse de la vitamine D. Si certains sont effectivement controversés et devraient être prochainement réglementés pour d’autres raisons, il n’y a pour le moment aucune étude valide scientifiquement qui prouve un lien de cause à effet entre une carence en vitamine D et différents cancers. Certes utiliser une protection solaire à longueur d’année limite la synthèse de vitamine D (le processus, qui se passe dans la peau, a besoin d’une dose d’UV pour exister), et c’est d’ailleurs pour ça (entre autres) que je déconseille un SPF visage tout au long de l’année. En revanche, le lien entre exposition solaire non protégée et cancer de la peau est lui très très bien prouvé!!! Donc se passer de crème solaire quand on sort promener le chien le soir l’été, bonne idée. S’en passer à la plage ou ne pas protéger les enfants : MAUVAISE IDÉE! Et on protège toujours le visage, le cou et les mains!

A très vite pour la suite de cette série!

Pour info, l’étude dont je parlais plus haut :

https://www.laboratoires-biarritz.fr/les-francais-et-la-protection-solaire/#enqu%C3%AAte

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *