Serial sniffeuse #1

ESSAIS PARFUMS – Au programme de cette première édition, les Cologne de la Manufacture (Cologne Noble, Cologne Rare, Cologne Précieuse) et Bois d’Arménie de Guerlain. 

Depuis que j’ai décidé d’éduquer mon nez, je le fourre partout, mais surtout dans de nombreux échantillons de parfums! J’en échange, j’en demande, j’en retrouve dans mes tiroirs, j’en grapille, bref, je renifle tout ce qui me passe sous le nez. Je suis devenue une serial sniffeuse!

Matières premières parfumsLes Colognes Essentielles, la Manufacture

Quand j’ai décidé de mieux utiliser mon nez et de sentir pas mal de choses, je me suis lancé de petits défis, comme c’est le cas avec les Colognes Essentielles de la Manufacture, sorties il y a quelques mois. Car oui, je n’aime pas les colognes… Mais comme je connaissais la qualité des bougies la Manufacture, je me suis dit que la curiosité est parfois un joli défaut! Cette nouvelle étape dans l’évolution de la marque est donc marquée par la sortie de 3 colognes, ou plus exactement par 3 exercices de style autour de la cologne : Cologne Précieuse, Cologne Noble, Cologne Rare. L’idée était de proposer des variations autour de la Cologne, avec la qualité, la structuration et la tenue d’un parfum.

COLOGNES ESSENTIELLES_LA MANUFACTURE

Cologne Rare est pour moi l’archétype de la Cologne faite parfum. Le départ est très vif, aromatique et fusant, avec le basilic et la bergamote. C’est vert vif, le vert des feuilles fraîches lors d’une balade en forêt, qui laisse déjà entrapercevoir un peu d’écorce, avec une note boisée qui se faufile, et gagne en densité pour descendre le long du tronc. Plus on se rapproche du sol, plus le vert fonce, pour donner un vert forêt, plus sombre, plus rugueux, avec le vétiver (que je sens tout particulièrement) et le patchouli. C’est un parfum typiquement masculin, avec une excellente tenue. Mais c’est celle des 3 que j’aime le moins.

Cologne Noble a choisi un départ plus piquant, avec un citrus très tonique, presque un peu acide, comme une citronnade sans sucre. Puis la mandarine vient s’enrouler autour de lui, adoucit les contours, sans altérer le caractère vif de l’ensemble. Sur moi c’est donc un départ très hespéridé, et c’est seulement dans un deuxième temps que se devine une fine couche d’épices douces, dont je sens la facette sèche et matte de la muscade. Ensuite la mousse de chêne donne une patine vert sombre, presque grisée.

 Cologne Précieuse est la plus régressive, presque une gourmandise mais sans sucreries. Un départ vif de bergamote, dont le zeste est tempéré par le basilic, lui donne une son identité de Cologne. Rapidement le néroli se manifeste, enrobe les notes de départ pour se lover sur la peau. C’est doux, rassurant, avec parfois un petit zeste qui resurgit fugacement, comme pour dire que sous cette facette presque enfantine, cela reste une Cologne. La rose et le musc doux finissent de consommer l’union avec la peau, pour la rendre à croquer!

Ces Cologne sont de belles découvertes, et je suis contente d’avoir dépassé mes préjugés pour y mettre le nez! Ma préférée reste Cologne Précieuse, la plus féminine et celle qui au final s’éloigne le plus de la Cologne classique (on ne se refait pas ^^).

Les Cologne essentielles, flacon spray 100 ml (85€), flacon splash 245 ml (120€)
Parfumeurs : Anne-Sophie Behaghel, Flair (Cologne précieuse), Carla Chabert (Cologne rare et Cologne noble). 
 

Bois d’Arménie, Guerlain

Bois d’Arménie fait partie de la collection l’Art et la Matière, gamme luxueuse qui explore des matières premières rares ou inédites. J’ai retrouvé un décant de ce joli parfum en rangeant, oublié dans un carton plein d’autres décants… et je me suis empressée de l’essayer, car j’adore le papier d’Arménie.

Bois d'Arménie Guerlain source http://www.guerlain.com/fr

 Car oui le beau Bois d’Arménie a été créé dans l’idée de ce petit papier parfumé qui embaume le benjoin. Et c’est le benjoin que je sens dès le départ sur la peau, avec une note presque camphrée, fraîche, piquante, due au poivre et à la coriandre. Ce départ un peu piquant persiste sur moi assez longtemps, Bois d’Arménie est connu pour être assez linéaire dans son évolution. Il a également un côté boisé sec, reflétant la présence de patchouli et de bois de gaïac. En fin d’évolution, le benjoin s’adoucit et se poudre en se mêlant au musc, pour devenir un réconfortant parfum de peau.

C’est vraiment un beau parfum, et son caractère assez linéaire est en fait un avantage si on aime ses notes de cœur! Donc si vous aimez le papier d’Arménie, n’hésitez pas à aller le sentir chez Guerlain (il n’est vendu que dans les boutiques Guerlain, il fait partie des Exclusifs).

En revanche mauvaise nouvelle si vous aimez le beau Bois d’Arménie, il semble qu’il va bientôt être arrêté… donc c’est le moment de faire du stock!

Bois d’Arménie, eau de parfum, 50 ml
Parfumeur : Annick Menardo

 

2 thoughts on “Serial sniffeuse #1

  1. Bonsoir Poupoune,
    toi qui disais ne pas avoir de vocabulaire pour parler parfum, c’est là un bel exercice de style.
    Je m’amuse à essayer de deviner les odeurs que tu décris mais il y a des senteurs que je ne connais pas, ou en tout cas je ne sais pas mettre un nom dessus.
    Sentir, ressentir, décrire, exprimer un sentiment olfactif est un beau challenge à relever !

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    merci 🙂 en fait la base pour éduquer son nez c’est bien ça : sentir plein de choses, se créer un référentiel d’odeurs. Moi aussi je ne connais pas certaines notes dans les parfums, comme le cumin ou l’aubépine, et comme je ne les connais pas, je ne les sens pas. pour certaines ça peut s’arranger (il faut que j’aille en épicerie acheter du cumin) pour d’autres c’est plus compliqué ^^

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.