Les céramides en cosmétique : le gras c’est la vie

Connus depuis un bon moment en cosmétique, les céramides semblent revenir en force. Petite plongée dans le monde du gras, parce que pour la peau aussi, le gras c’est la vie!

Ce qui est drôle avec les céramides, c’est que j’ai l’impression d’en entendre parler depuis un bon moment. Je me rappelle très bien de publicités vantant les mérites de crèmes aux céramides quand j’étais encore fraiche et jeune. Puis, pouf, on n’en a plus entendu parler, aux oubliettes les céramides. Mais il semble bien qu’il refassent leur entrée dans les « it ingrédients » de nos cosmétiques. Et à raison, car les céramides, c’est que du bonheur pour nos épidermes! Mais, d’abord, un céramide, c’est quoi?

Anatomie des céramides

Pour parler des céramides, nous allons (re)plonger dans l’anatomie de la peau, et plus particulièrement de la couche la plus en surface de celle-ci, l’épiderme. Il joue le rôle d’interface avec le milieu extérieur, et possède une structure en plusieurs couches (globalement 4 couches), organisée selon la différenciation des cellules majoritaires, les kératinocytes.

épiderme structure
Source : biologiedelapeau.fr

La couche la plus externe de l’épiderme, la couche cornée, est en contact avec le milieu extérieur. C’est donc elle qui va jouer un rôle majeur dans la fonction barrière de la peau. Car la peau doit se défendre (et en même temps défendre l’organisme) à la fois des agressions du milieu extérieur, comme les UV ou des agents pathogènes, mais aussi de la déshydratation. Chaque jour, des molécules d’eau traversent la peau vers le milieu extérieur : c’est la perte insensible en eau (PIE en français, TEWL pour trans epidermic water loss en anglais).

épiderme barrière
Source : biologiedelapeau.fr

Et donc, les céramides? Pour comprendre l’importance des céramides, et plus généralement de certains corps gras dans la fonction barrière, prenons le modèle classique utilisé pour décrire la couche cornée : un mur de briques. Les briques, ce sont les cornéocytes, stade ultime de la différenciation (l’évolution) des kératinocytes. Plates et dépourvues de noyau, ces cellules sont surtout remplies de kératine et liées entre elles. Le mortier entre les briques / cornéocytes est composé de corps gras, ce sont les lipides intercornéocytaires, qui s’organisent en une structure particulière qu’on appelle bi-lamellaire. Parmi ces lipides on retrouve du choléstérol (et oui il sert à autre chose qu’à boucher vos artères), des acides gras et nos héros du jour, les céramides (qui représentent 50% des lipides intercornéocytaires, c’est dire s’ils sont importants!). L’équilibre entre les différents corps gras de la couche cornée lui confère ses propriétés de barrière hydrique, même si elle n’est pas totalement étanche. En effet, contrairement aux idées répandues, un film gras n’est pas imperméable à l’eau, car il reste de l’espace entre les molécules. Les molécules d’eau peuvent donc se faufiler pour s’échapper, ce qui explique la perte insensible en eau, même sur une peau saine ou lorsqu’on applique une formule plus occlusive à base d’huile minérale.

Mais ce qu’il faut retenir, c’est que si l’équilibre entre les corps gras de la couche cornée n’est pas respecté, par exemple avec une diminution des céramides, la barrière hydrique est encore moins étanche et la perte insensible en eau augmente, ce qui mène à la déshydratation de la peau. Une récente publication, qui a étudié la composition et l’organisation des lipides de la couche cornée dans des peaux normales et dans des peaux sèches a montré que les peaux sèches sont déficitaires en céramides. De même, la production de céramides diminue avec l’âge et sous l’effet de l’exposition solaire. L’altération de la fonction barrière de la peau qui résulte d’une diminution des céramides permet également à des agents extérieurs de pénétrer plus facilement, ce qui provoque ou entretient diverses affections de la peau comme l’atopie, le psoriasis et même l’acné!

NB : il existe de nombreux céramides différents, qui varient dans leur composition chimique. Seuls un petit nombre concerne la peau (9 à 11 classes), car ils ont des rôles très divers dans le reste de l’organisme, y compris dans l’apoptose (la mort programmée) des cellules.

Et en cosmétique ça donne quoi?

Comme je le disais, les céramides, ça fait un moment qu’on en utilise en cosmétique. Mais plusieurs marques les ont récemment remis sur le devant de la scène. Car non seulement ils participent à une bonne hydratation de la peau, mais ils la stimulent également pour qu’elle garde une apparence plus jeune (effet anti-âge). Même pour une peau mixte voire grasse, ajouter des céramides dans sa routine, plus particulièrement en hiver, ne peut être que bénéfique. Car tous les corps gras ne se valent pas pour la peau, et ce n’est pas parce que vous avez un excès de sébum que votre taux de céramides est au top. D’ailleurs les peaux mixtes à grasses sont souvent déshydratées, en raison d’un nettoyage trop agressif et de soins qui diminuent la fonction barrière de la peau.

Les céramides sont faciles à trouver dans la liste INCI : cherchez céramide ! Il y a souvent un chiffre associé (ce qui correspond à l’ancienne nomenclature des céramides), ou plusieurs lettres (c’est la nouvelle nomenclature). Ils sont souvent au nombre de 3, parfois 5. De nos jours ce sont des molécules de synthèse, parfois d’origine végétale (avant, ils étaient d’origine animale). Un faible nombre est utilisé en cosmétique, par rapport à la diversité des céramides dans l’organisme, car tous ne sont pas intéressant pour un usage topique (appliqué sur la peau) puisqu’ils n’existent pas dans la peau. De plus, ils semblent être difficiles à synthétiser et à utiliser dans une formule.

On peut également trouver d’autres ingrédients en lien avec les céramides, comme la phytosphingosine ou les sphingolipides, qui sont des précurseurs de céramides. En apporter dans une formule permet de booster le taux de céramides dans l’épiderme.

J’ai donc introduit dans ma routine d’hiver plusieurs produits contenant des céramides, et je dois dire que ma peau a l’air d’apprécier! Elle est moins déshydratée et supporte mieux le froid et l’air beaucoup trop sec du bureau (bien mieux que ma muqueuse nasale qui est proche de l’hygrométrie du désert de Gobi).

céramides cosmétique produits

Les soins CeraVe

Commençons par une marque qui affiche clairement son utilisation des céramides, puisque c’est dans son nom : CeraVe. Récemment introduite en France par L’Oréal, cette marque américaine est basée sur l’utilisation de céramides dans toutes ses formules. La marque propose une large gamme de soins, corps et visage, du nettoyage au soin, à destination en priorité des peaux sèches et fragilisées (mais en période hivernale, ils conviendront à tout le monde!). Ce sont des produits basiques mais efficaces (si vous cherchez du parfum sexy, ce n’est pas ici), très appréciés des dermatologues américains. Les céramides utilisées (oui les céramides sont des filles), au nombre de 3 (céramides 1, 6 et 6-II), sont d’origine végétale.

Pour l’instant chez eux j’ai essayé le Lait hydratant pour le corps, et je dois avouer que c’est un excellent basique à avoir dans sa salle de bain. Fluide, il s’applique comme un charme et pénètre vite la peau, ce qui permet de s’habiller rapidement derrière. J’avais un doute sur son pouvoir hydratant / nourrissant, mais pour le moment, en plein hiver, il me suffit et je n’ai pas eu à passer à la version baume. Il est par exemple idéal à mettre le matin pour bien hydrater la peau, avant de se parfumer. Car oui, une peau bien hydratée retient mieux le parfum et ce dernier a plus de tenue!

Je pense que prochainement j’essaierais les produits visage (en particulier les nettoyants), parce qu’en plus d’être efficaces, les produits CeraVe ne sont pas chers!

La gamme Ceramidin de Dr Jart

Il existait déjà une gamme entière formulée autour des céramides chez Dr Jart, Ceramidin. Elle incluait dans ses formules 3 céramide. La gamme a été reformulée il y a quelques mois, et les produits contiennent maintenant 5 céramides (mais je n’ai pas réussi à trouver leur origine). Les céramides, qui sont parfois difficiles à formuler et à stabiliser, sont ici encapsulés dans des liposomes, c’est à dire des microsphères à la paroi formée de corps gras. Imaginez une balle de ping pong avec une paroi faite de corps gras, les céramides sont dedans. Cette encapsulation protège les céramides et permet une meilleure absorption par la couche cornée.

La nouvelle gamme propose plusieurs produits, mais tous ne sont pas disponibles en France. Chez nous, on peut trouver chez Sephora la crème, le sérum, la lotion (Liquid), un masque en tissu et un beurre corporel.

Pour le moment, j’ai essayé un produit de l’ancienne gamme, le Gel cream, et la crème de la nouvelle. Je ne m’étendrais pas sur le gel crème qui n’existe plus, mais qui s’est avéré un produit très efficace pour l’hydratation avec une texture fraîche, ultra fondante et légère sur la peau. La crème, produit central de la nouvelle gamme,est très agréable à utiliser en hiver. La texture est fine mais onctueuse, et vraiment réconfortante pour la peau. Peaux mixtes, n’ayez pas peur de l’essayer car elle ne fait pas briller! Il me reste encore à essayer à plus long terme le sérum, de qui j’attends beaucoup! Sa texture peut surprendre un peu quand on a l’habitude des sérums, car c’est plus une émulsion (crème) très légère, bien absorbée par la peau.

Et chez Paula’s choice aussi!

Retour en Amérique avec une marque référence là-bas, Paula’s choice. Paula Begoun, c’est la grande prêtresse américaine de l’efficacité des soins cosmétiques. Ultra exigeante, elle a fini par fonder sa propre marque, dont les formules sont basées sur la recherche scientifique. Ce qui compte pour elle c’est donc l’efficacité des actifs et des formules, mais aussi leur sécurité et leur tolérance (les produits sont exempts de parfum par exemple). Ce n’est donc pas chez elle que vous allez trouver le dernier ingrédient cosmétique exotique à la mode. Si un ingrédient n’a pas fait ses preuves, avec des données scientifiques robustes pour les soutenir, il n’a pas sa place chez Paula’s choice. C’est pourquoi on y trouve plutôt des grands classiques, comme les céramides!

Les céramides sont donc des ingrédients incontournables chez Paula’s choice, et on les retrouve dans de nombreux produits, qu’ils soient les stars ou des co-équipiers. Du coup, on peut les retrouver en nombre variable, de 1 à 5. Ils sont d’origine synthétique, pour des raisons d’éthique et d’efficacité. En effet, s’ils étaient auparavant d’origine animale, on en trouve maintenant d’origine végétale ou de synthèse. D’après Paula Begoun, les céramides d’origine végétale ne possèdent pas d’action anti-âge, uniquement une action sur l’hydratation (bon c’est déjà pas mal hein!). En ce moment j’ai plusieurs produits Paula’s choice contenant des céramides, mais je n’ai pas encore tout essayé. Donc ici je vous parlerais d’abord de mes 2 coups de cœur de l’hiver.

Tout d’abord le Moisture renewal oil booster, qui, comme son nom l’indique, fait partie de la gamme des boosters (en photo c’est l’ancien packaging). C’est d’ailleurs une des compositions les plus naturelles de la marque, qui fait la part belle aux ingrédients de synthèse en temps normal (sécurité et efficacité, remember?), avec une base d’huiles, un céramide et du choléstérol. C’est un sérum huileux à la texture fine, qui s’utilise plutôt pour booster un autre soin que seul (mais bon vous faites ce que vous voulez hein). A vous d’ajuster selon les besoins de votre peau, 1 goutte, 2 gouttes, 3 gouttes, 4 g… bref vous avez compris le principe. Il fait des merveilles ajouté par exemple à un sérum à l’acide hyaluronique, ou à tout autre soin quand votre peau a besoin d’un peu de réconfort! C’est le genre de petit produit miracle qui permet de transformer un soin un peu juste pour l’hiver en véritable doudou! En ce moment, j’ajoute 1 goutte à mon sérum anti-oxydant du matin.

Deuxième chouchou en cours d’approbation, le sérum Resist Anti-Aging Omégas. Bien chargé en céramides (il y en a 5) et en précurseurs de céramides, en acides gras et en cholestérol, c’est plutôt un sérum nourrissant, destiné aux peaux sèches et/ou déshydratées. D’ailleurs la texture est plutôt celle d’une émulsion (crème) fine, qu’un sérum comme on peut le concevoir. Mais peaux mixtes n’en ayez pas peur, en hiver, le soir, il réconforte les peaux malmenées par le froid et le chauffage, et les aide à lutter contre la déshydration. En tout cas la mienne l’adore, et l’absorbe très vite. Aucune sensation de gras sur la peau, mais une peau souple, bien rebondie. Il me reste encore le sérum Calm à essayer, et autant dire que j’en attends beaucoup!

Voila j’espère que ce point céramides vous a plu 🙂 si vous avez des produits chouchous qui en contiennent n’hésitez pas à partager en commentaire. Même chose si vous avez des questions sur ces ingrédients cosmétiques qui gagnent à être plus connus!

Certains produits ont été reçus pour review, d’autres achetés par mes soins

2 thoughts on “Les céramides en cosmétique : le gras c’est la vie

  1. C’est vrai que les céramides bénéficient d’un retour en grâce (ou en grasse? ) en ce moment et même si je ne les utilise pas vraiment sur moi, je vois leur efficacité sur la peau ultra-sèche et déshydratée de mon mari! La gamme Ceramidin de Dr Jart est une bénédiction pour lui et je dois dire qu’il m’arrive d’utiliser le sheet mask et je le trouve très réussi.
    Chez Cerave, j’utilise comme toi mes produits corps qui sont très efficaces à défaut d’être sexy.
    Leur gel nettoyant hydratant visage est super d’ailleurs, si tu es tentée pour essayer quelque chose de chez eux pour le visage

    [Reply]

  2. Coucou,
    J’ai très envie d’essayer les soins de Paula’s Choise. J’attends ton article pour me décider.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.