[Science Peau] L’acide hyaluronique dans tous ses états

L’acide hyaluronique on en parle partout : dans les cosmétiques, en médecine esthétique, en médecine, et même en médecine vétérinaire. D’ailleurs c’est dans mon boulot que j’en ai entendu parler la première fois, car il s’utilise pour lubrifier les articulations des chevaux atteints d’arthrose. En ce moment, pas moyen de passer à côté de l’acide hyaluronique en cosméto, tout le monde en met dans ses soins! Alors je me suis dit qu’un billet sur la vie et l’oeuvre de l’acide hyaluronique n’était peut être pas superflu!

Structure de l’acide hyaluronique

L’acide hyaluronique est ce qu’on appelle un glucosaminoglycane, c’est à dire une structure mixte acide aminé/sucre. La brique de base d’acide hyaluronique est composée de deux molécules : l’acide D-glucuronique et la D-N-glucosamine. C’est un dimère (= ensemble de 2 molécules), qui se répète de nombreuses fois pour former un polymère ( = ensemble de plusieurs molécules) d’acide hyaluronique. La taille de ce dernier n’est donc pas fixe, et évolue selon la localisation et le vieillissement.

La taille de l’acide hyaluronique (= la longueur de la chaîne de dimères, comme un collier de perles) est quantifiée par le poids moléculaire, exprimé en daltons. Cela donne une idée de l’encombrement de la molécule (de son volume si on peut dire). Cette donnée est importante car le poids moléculaire de la molécule détermine son absorption par la peau (ou par la muqueuse digestive dans le cas de compléments alimentaires).

Un acide hyaluronique de faible poids moléculaire (= chaîne de dimères de base courte) traverse donc la peau quand on l’applique dans un soin. Plus il est petit, plus il pénètre profondément. Un acide hyaluronique de haut poids moléculaire (= chaîne longue) ne peut pas traverser l’épiderme, et reste en surface de la peau, en formant un réseau (visuellement ça donne comme un filet de pêche étalé), on parle d’acide hyaluronique réticulé.

Certains cosmétiques associent les deux types d’acide hyaluronique pour avoir un effet dans la peau, et sur la peau. La taille de la molécule détermine également l’usage en médecine esthétique : un « petit » acide hyaluronique est plutôt utilisé pour hydrater, alors qu’un « gros » est utilisé pour le comblement (filler), car plus la molécule est longue (poids moléculaire élevé), plus le gel obtenu est visqueux, et plus il met longtemps à se dégrader.

Localisation et rôle de l’acide hyaluronique

C’est bien beau tout ça, mais où se trouve donc notre acide hyaluronique à nous? En fait, un peu partout, dans les tissus conjonctifs, épithéliaux et nerveux. Dans la peau par exemple, principalement dans le derme (c’est ce qui nous intéresse en cosmétique), c’est lui qui donne le volume de la peau. Autre exemple : dans les articulations, à la fois dans le cartilage (volume et résistance à la pression) et dans le liquide synovial (lubrification). C’est le principal constituant de la matrice extra-cellulaire, c’est à dire la substance qui entoure les cellules.

Il sert à donner le volume et la résistance des tissus (car il forme des gels visqueux qui résistent à de fortes pressions), à maintenir les fibres de collagène, à protéger les cellules. Dans ce sens, c’est vraiment une matrice, qui englobe, organise et protège les cellules. Il a également un rôle majeur dans l’hydratation des tissus, car il a pour propriété de retenir l’eau comme une éponge (il est hygroscopique). C’est cette caractéristique qui est intéressante en cosmétique :

  • l’apport d’acide hyaluronique de petite taille, qui peut passer dans le derme et l’épiderme, retient et attire l’eau et donc apporte de l’hydratation et du volume à la peau. Ceci est d’autant plus important que le taux d’acide hyaluronique cutané diminue de 6% tous les 10 ans, et que celui-ci se dégrade : chaîne plus courte, donc moindre rétention d’eau, désorganisation de la structure cellulaire;
  • l’utilisation d’acide hyaluronique de grande taille permet la formation d’un réseau à la surface de la peau, qui retient l’eau et évite donc la déshydratation cutanée.
http://montpeah1s1.e-monsite.com/pages/l-acide-hyaluronique-dans-le-corps.html

 

L’acide hyaluronique a également un rôle dans la cicatrisation (les cellules migrent dans le gel formé). De récentes recherches ont mis en évidence son implication dans certaines réactions immunitaires, avec un effet différent et complémentaire selon la taille de la molécule, au fil de sa dégradation.

Pour l’anecdote, c’est l’acide hyaluronique en excès qui donne les plis cutanés chez le sharpeï. En effet, c’est une mutation génétique qui provoque un excès  dans le derme. Et comme le taux d’acide hyaluronique dans le derme diminue avec l’âge, plus le sharpeï vieillit, moins son derme contient d’acide hyaluronique, moins le chien a de plis! Voila pourquoi le sharpeï, lui, se déride en prenant de l’âge ^^.

Origine de l’acide hyaluronique cosmétique

Initialement l’acide hyaluronique était extrait des crêtes de coq (il l’est encore dans le complément alimentaire commercialisé par Solgar). Actuellement il est obtenu par biosynthèse, à l’aide de bactéries de l’espèce Streptococcus equi (pour ceux qui pratiquent les chevaux, c’est la bactérie responsable de la gourme chez le cheval, entre autre) :

  • les bactéries sont isolées et mises en culture
  • elles produisent de l’acide hyaluronique par fermentation (sous forme de filaments)
  • les bactéries sont détruites, et le milieu est dilué et filtré
  • les filaments d’acide hyaluronique se déposent au fond (précipitation)
  • après purification et séchage, on obtient de l’acide hyaluronique prêt à l’emploi!

 

Streptococcus equi (la chaînette violette au milieu/droite)

 

Je vous mettrai bien quelques exemples de soins comportant de l’acide hyaluronique, mais il y en a tellement maintenant que je ne saurais quoi choisir!

Bon j’espère que ce billet façon cours de biologie n’a pas été trop indigeste (et que je n’ai pas écrit de bêtise!).

 

20 thoughts on “[Science Peau] L’acide hyaluronique dans tous ses états

  1. Merci, c’est très interessant tes cours de biologie !

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Merci, y a pas mal de profs dans la famille ça doit être génétique ^^

    [Reply]

  2. Très bon article, très bien documenté. Merci 🙂

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    merci bichette 😀 le plus dur en fait ça a été de trouver… des illustrations

    [Reply]

  3. Haaaaaaaaaaaa, j’adore lire ce genre de billets !! Mille mercis de nous éclairer avec des choses scientifiques et rigoureuses !

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Merci ^^ je sais pas faire autrement, déformation professionnelle :p

    [Reply]

  4. « il s’utilise pour lubrifier les articulations des chevaux atteints d’arthrose »

    Et chez les humains aussi, il me semble, mais je crois que c’est pas encore un traitement très répandu (hélas, car ma maman a une grosse arthrose aux deux mains, et je suis persuadée que ça la soulagerais beaucoup !)

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    En fait en humaine on infiltre (= injecter dans les tissus, ici dans l’articulation) beaucoup moins qu’en équine j’ai l’impression… Les médecins sont beaucoup moins invasifs, ils attendent vraiment que ça n’aille plus pour injecter. Après ce traitement a des limites, et peut être qu’en humaine la balance bénéfice/risque n’est pas en faveur de ces injections intra-articulaires.
    Est-ce que ta maman a essayé l’harpagophytum? C’est de la phytothérapie, ça s’achète sans ordonnance à la pharmacie, et ça a un effet anti inflammatoire très bien connu (très utilisé chez les chevaux, et ça avait bien aidé feu ma grand mère pour son arthrose du genou).

    [Reply]

  5. merci, j’ai appris des trucs (pour les pls du sharpei 😉 ça me rapelle un ami qui en avait acheté un (à un particulier) et nous a soutenu que c’était un sharpei et qu’il se riderait en grandissant ! evidemment, ça n’est jamais arrivé, puisque ça n’était pas un sharpei mais un « batard »… bon et sinon, je ne savais pas comment c’était synthétisé…

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    il devait content ton pote, vu le prix d’un sharpeï…

    [Reply]

  6. bonsoir je me suis fais un contour des yeux a base de ce petit produit miracle . Et je peux te dire que je vois la différence j’en ai aussi fais un pour ma maman qui a juste adoré elle m’a dis quand j’ai fini le mieux tu as de quoi m’en refaire ! Merci pour ton article car tu m’as appris plein de chose !

    [Reply]

  7. Merci pour ce post tres interessant. On peut etre fille et comprendre des termes techniques et vive internet pour les incomprehensions !!

    [Reply]

  8. Bonjour tout le monde.
    Je vous invite à consulter mon blog, vous y trouverez des informations supplémentaires sur l’utilisation ainsi que les effets secondaires de l’acide hyaluronique.

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *