Gommages : le cas des microbilles de plastique

COSMÉTIQUES ET ENVIRONNEMENT – Vous aimez les gommages? Mais savez vous que beaucoup contiennent des microbilles de plastique qui finissent leur vie dans nos océans, générant une pollution invisible mais bien présente?

gommage corps

Dans nos gestes beauté quotidiens, il arrive que nous ayons des comportements polluants sans même nous en en rendre compte. Vous êtes vous déjà demandé ce qui donnait l’effet exfoliant d’un gommage? Parfois, c’est comme le Port Salut, c’est marqué dessus : sucre, noyaux d’abricots ou d’amande, etc. Parfois on ne sait pas trop… Mais ce que vous ne savez peut être pas, c’est que bon nombre de gommages, visage ou corps, doivent leur pouvoir exfoliant à des microbilles de plastique, de polyéthylène plus exactement. Or ces petites billes qui semblent inoffensives et vous font la peau douce se retrouvent à terme dans les mers et océans, où elles ne sont pas biodégradées (c’est du plastique hein…), sont ingérées par les animaux marins, et intègrent ainsi la chaîne alimentaire (si vous avez du poisson de mer qui croustille sous la dent vous saurez pourquoi!). Des chercheurs ont même découvert que les toxines et nanoparticules libérées par ces microbilles ont des effets indésirables sur certains organismes marins, comme les moules (qui sont en gros des filtres vivants).

gommages billes plastique Daily Mail

J’ai en gros pris conscience du problème la semaine dernière, en tombant, je ne sais plus comment, sur cet article du Daily Mail, qui annonce un projet de loi pour interdire le vente à New York de produits contenant des microbilles de plastique (la photo ci-dessus en est tirée). Regardez le gommage à gauche, le volume de microbilles par tube est impressionnant! Et multipliez ça par les dizaines voire centaines de milliers de tubes vendus (les américaines adorent quand ça gomme fort…), et imaginez le volume total de microbilles rejetées dans l’environnement…

D’ailleurs le gouverneur de l’Illinois vient de signer un décret pour bannir la production et la vente de microbilles, dont la mise en application se fera entre 2017 et 2019. Quatre autres états (dont New York donc) ont également un projet de loi dans ce sens;

Agents exfoliants naturels Novexpert

Ce qui m’a permis de finaliser cette prise de conscience, c’est ma visite la semaine dernière dans les locaux de la marque Novexpert. Je vous en reparlerai bientôt, parce que c’était une journée formidable, et que rarement une marque nous aura ouvert ses portes comme Novexpert. Mais revenons à nos microbilles. Pendant cette journée, nous avons pu découvrir divers agents exfoliants, car nous avions pour mission de préparer notre propre gommage! Nous avons pu choisir plusieurs agents, de granulométries différentes (en gros le pouvoir exfoliant est déterminé par la granulométrie et la régularité de surface des particules utilisées), et les incorporer dans une base afin de créer notre gommage personnalisé. Tout ça, sur la paillasse sur la photo ci-dessus, ce sont des agents exfoliants exclusivement d’origine naturelle. Pas de plastique!

En manipulant toutes ces matières, j’ai repensé à ces microbilles de plastique… et je me suis que putain (oui quand j’ai une prise de conscience je peux devenir vulgaire) pourquoi utiliser encore ces saloperies de microbilles alors qu’il y a tant de matières naturelles qui font aussi bien le job? Je n’ai pas la réponse mais je devine une piste : ça coûte moins cher pardi!

Alors je vous le dis, maintenant c’est à nous de jouer! Comment? En achetant intelligent. Les marques doivent normalement (il me semble) préciser sur le tube/pot/flacon si le produit contient des microbilles de plastique (si c’est écrit microbilles tout seul c’est du plastoc). Alors arrêtons d’acheter des gommages qui en contiennent, et privilégions les agents exfoliants naturels. Non ce n’est pas forcément plus cher. Et même si ça l’est, est-ce que ça e vaut pas l’investissement pour éviter de pourrir nos océans? Et si vraiment c’est l’argent qui vous pose problème, alors achetez du miel et du sucre et faites votre gommage maison! Ou investissez dans un gant de crin ou un gant de kessa.

Je suis loin d’être une écolo fanatique, mais j’estime que nous pouvons tous, petit geste par petit geste, aider un peu notre pauvre planète. Si par cet article j’ai convaincu une seule d’entre vous à faire attention à choisir son gommage, alors il aura servi à quelque chose!

20 thoughts on “Gommages : le cas des microbilles de plastique

  1. C’est vrai que le plus écolo reste encore d’utiliser un gant ad hoc ou de fabriquer son produit soi-même comme tu le mentionnes. A côté du mélange sel-miel, il y a aussi le marc de café. Triple combo gagnant, en plus de faire la peau vraiment douce, c’est tout ça de moins à la poubelle (ou au compost si on en a un), et en plus ça nettoie les canalisations (mais si!).

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Ha oui mais il faut faire son café à la cafetière :p (avec les dosettes Nespresso c’est moins pratique pour se gommer!)

    [Reply]

  2. MAIS OUI ! TOTALEMENT D’ACCORD !

    Bientôt un an que je me converti peu à peu aux produits plus naturels et effectivement les gommages à billes c’est de la merde.

    Vive les écorces de noix, fruits, sucre et sels ! Bien plus efficace 🙂

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Surtout qu’il y a quand même le choix dans toutes les matières naturelles dispo…

    [Reply]

  3. Ben merde alors, j’aurais jamais pensé qu’il y avait des micro-billes de plastique ! Va falloir que je regarde sur mon gommage visage ce qu’il y a dedans… Et de même quand je rachèterai un gommage corps (j’en ai plus depuis des lustres…).

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Ben oui on s’en doute pas forcément…

    [Reply]

  4. oh ben mince, la photo avec les équivalents en microbilles est en effet parlante ! Merci pour cet article, je vais maintenant y regarder à deux fois avant d’acheter une crème gommante.

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Oui hein on ne se rend pas forcément compte! Il suffit de privilégier les marques qui utilisent des matières naturelles (généralement quand c’est le cas c’est précisé). Pour le corps perso j’aime les gommages au sucre, et pour le visage j’aime pas les grains donc c’est réglé lol.

    [Reply]

  5. eh bien je ne savais pas du tout que les microbilles des gommages étaient en plastique et je te remercie vraiment pour cet article car oui, je fais attention à l’environnement !
    bon pour le corps, c’est réglé j’utilise du marc de café 🙂
    mais pour le visage du coup je ne sais pas… mon gommage dit « micrograins »…c’est le doux polissant de Clarins
    je vais essayer d’en avoir le cœur net !
    encore merci pour cette prise de conscience !

    [Reply]

  6. Les perles de jojoba sont vraiment top pour des gommages doux 🙂 Personnellement j’ai tendance à en mettre partout depuis que j’ai découvert ce produit 🙂

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Oui pis si j’ai bien vu chez Novexpert on peut les colorer et faire des gommages funs ^^

    [Reply]

  7. Tu m’apprends quelque chos… J’évite les gommages « à gros grains » à cause de ma peau sensible (j’ai Avène là) mais c’est vrai que je suis encore novice dans le décryptage des étiquettes, je ferai attention lors de mon prochain achat.

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    On en apprend tous les jours! Moi non plus je ne me doutais pas de la pollution que ça représente!

    [Reply]

  8. Merci pour ton article. Très intéressant!
    Et comme Patte d’anguilles ça m’énerve !!!
    Je ne comprends pas que les fabriquants utilisent encore ce genre d’ingrédients lorsque l’on sait les dégâts qu’ils font….!!!
    Sais tu sois quels noms on les trouve dans la liste INCI des produits ?
    Merci.
    Bonne journée!

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    je ne crois pas qu’on les trouve dans la liste INCI, tout simplement parce que comme c’est du plastique, ça n’est pas considéré comme un ingrédient…

    [Reply]

  9. Super article que je découvre tard, mais quand même! Il y a un an j’ai décidé de passer au tout naturel tout d’abord par conviction perso: je ne suis pas une grosse ecolo mais quand j’ai compris que tout nos produits finissaient dans la mer ça m’a écœuré! J’ai commencé à lire le dos de mes produits et ai découvert avec horreur que oui, ce que je mets sur mon visage contient des dérives du pétrole… Difficile a croire et pourtant vrai. A ma grande surprise j’ai également découvert que ça me coûtait beaucoup moins cher que les produits non bio! Et puis c’est aussi d’une grande logique: au lieu de prendre un soin « au beurre de karité » ou « à l’argile », pourquoi ne pas utiliser directement du beurre de karité ou de l’argile?

    Depuis, ma peau sensible et mon porte-monnaie se sentent beaucoup mieux 🙂

    Le dernier point à régler pour que ma conversion soit complète c’était le gommage (j’étais accro au gommage Lineance aux noyaux d’abricot donc peut être moins polluant mais quand même). Et de blog en blog j’ai découvert le gommage au savon noir: la révélation! Mes gambettes me remercient chaque jour! En plus c’est un vrai petit rituel je trouve ça chouette 🙂

    Très bonne continuation de la part d’une nouvelle lectrice qui est fan de ton honnêteté et ton écriture 🙂

    [Reply]

    Poupoune Reply:

    Merci Alice et bienvenu à MakeUpLand 😀

    [Reply]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.